Mis en avant

Partenariat avec l’UNESCO

voir communiqué de presse : ici

La classe IMOCA et la Commission Océanographique Intergouvernementale (COI) de l’UNESCO ont renouvelé leur accord

En effet, depuis 2015, les deux institutions travaillent main dans la main pour la protection de l’Océan. Les skippers, en atteignant les régions les plus isolées, contribuent au déploiement des équipements scientifiques nécessaires à l’observation de l’espace marin.

Pour l’occasion un Campus « Planète Océan » a été organisé au siège de l’UNESCO, à Paris. Collégiens, skippeurs et scientifiques ont pu échanger pendant toute une matinée.

En introduction, Vinicius Lindoso a demandé :

« Qui dans la salle a déjà entendu parler de la crise climatique actuelle ? »

La plupart des mains se sont levées…

Ces enfants, bien conscients des problématiques actuelles, ont posé des questions très pertinentes comme « Serait-il possible de nettoyer l’océan de tous les plastiques ? Combien cela prendrait-il de temps ? » ou encore « La lutte écologique est-elle une guerre ?« 

Martin Kramp, Fabrice Amedeo, Stéphane Le Diraison, Boris Hermann, Paul Meilhat et Alexia Barrier ont répondu aux 300 jeunes en partageant chacun leur passion pour la voile et leur implication dans la recherche scientifique. Du plancton à l’oxygène, en passant par la pollution plastique, ils ont su montrer l’importance de l’Océan et donner envie de le protéger.

Alexia a expliqué comment les courants marins avaient joué un rôle dans les incendies ravageurs en Australie (cf.article ici)… Montrant ainsi le lien indissociable entre l’Océan et la vie terrestre.

Les jeunes ont aussi découverts tous les instruments scientifiques permettant l’étude océanographique (bouées, flotteur ARGO…)

L’accord de partenariat a ensuite été signé par Vladimir Ryabinin (secrétaire executif de la COI) et Antoine Mermod (Président de la Classe Imoca) en petit comité.

Mis en avant

Un nouvel appareil à bord : le flotteur Argo !

Lors de la Transat Jacques Vabre, Alexia a pour mission de jeter un flotteur Argo par-dessus bord ! Comme l’ont déjà fait plusieurs marins… Pour voir l’exemple de Bernard Stamm (équipe Cheminées Poujoulat), regarde cette vidéo.

Une fois à l’eau, ce robot autonome développé par l’IFREMER va plonger à 1000 mètres de profondeur et dériver librement en fonction des courants. Tous les 9 jours, il s’enfoncera à 2 000 mètres de fond et remontera lentement à la surface en collectant des mesures toutes les 6 secondes tout au long de la colonne d’eau. Ensuite, il aura une dizaine d’heures pour transmettre ses mesures via satellite aux plateformes dédiées de l’Unesco, puis replonger pour le cycle suivant. Les données recueillies (température de l’eau, salinité, pression partielle en CO2, potentiel hydrogène, fluorescence, température de l’air, direction et force du vent, pression atmosphérique et humidité) seront en accès libre et pourront être consultées par toutes et tous. Les équipes scientifiques les étudieront pour en apprendre plus sur l’évolution du climat.

Les élèves de CE1 de l’Ecole élémentaire Auguste Dupouy à Brest ont signé ce petit robot (il fait quand même une vingtaine de kilos!) et pourront suivre le parcours de celui-ci pendant les 5 à 7 années à venir.

A savoir : 4000 autres flotteurs comme celui-ci dérivent déjà sur toutes les mers du globe.

Mis en avant

Visio-conférence en direct de la Route du Rhum avec 500 kids de 4myplanet

Le 12 Novembre était organisée une journée #kids4myplanet sur la biodiversité de la mégafaune marine et sur la préservation des océans. 500 kids des Alpes Maritimes, accueillis au top par MARINELAND. Ils m’ont eu en direct en visioconférence et je dois vous dire que ça m’a surboostée (« Alexia ! Alexia ! Alexia ! » ❤)

Alexia

Mis en avant

Visite du bateau par les kids de 4myplanet !

🐠 1er AVRIL❗ 
….. Journée spéciale 4myplanet kids 👨‍👩‍👧‍👦 bien sûr❗

Des élèves des écoles de Biot, Antibes et Valbonne ont pu visiter le bateau pour de vrai 😍 Encore pleins de questions à me poser, une des plus fréquentes était de savoir où se trouvait la douche 🤔😂

Un immense merci 🙏 à notre partenaire, la Mairie d’Antibes Juan les Pins, pour avoir rendu cette opération possible et au Port Vauban Antibes pour leur accueil.

https://www.nicematin.com/…/alexia-barrier-offre-un-peu-de-…

Special thanks to Alexandra Borchio FontimpAssociation Marineland pour les ateliers sur la connaissance de la mégafaune marine et les instituteurs et institutrices.

Mis en avant

CONCOURS DE DESSIN : DESSINE-MOI TON OCÉAN

Concours de dessin qui débutera à l’occasion de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe 2018.

et qui prendra fin à mon arrivée du Vendée Globe 2020 (janvier/février 2021).

Dessin libre sur la thématique des Océans.

Comment :

via des applications gratuite de type « PAPER » ou celle de votre choix.

Les dessins seront à envoyer au format pdf haute définition à lise.4myplanet@gmail.com.

Ils seront utilisés pour des expositions dans différents lieux en France et à l’étranger.

A vos tablettes !!

Mis en avant

Les courses

Voici les courses dans lesquelles 4myplanet est engagé en solitaire avec Alexia BARRIER. L’objectif final est le Vendée Globe 2020 et chaque course est une préparation supplémentaire autant qu’une étape importante.

Le Championnat GLOBE SERIES 2018-2020 

www.imoca.org/fr/courses

2018 : 

2019 :

2020 :

Largage des bouées sur le Vendée Globe

Depuis plus de 10 ans, Alexia embarque sur chacune de ses courses des balises pour la récupération de données scientifiques. Cette année sur le Vendée Globe, la navigatrice méditerranéenne en a largué trois dans des zones peu fréquentées.


Bouée Météo France

Elle mesure la température, la pression atmosphérique et le courant de surface. Cette bouée a été lâchée à hauteur de l’équateur afin de prévenir la pollution aux particules de microplastiques, les marées noires, etc.


Balise du CNES

Pour le programme pédagogique Argonautica, Alexia équipe son bateau une nouvelle fois d’un thermosalinographe (TSG). Elle a commencé ce travail de collecte en 2010 à l’occasion de sa première tentative de tour du monde en solitaire à bord d’un IMOCA (le récit de ce voyage de 5 mois dans son livre Planète Ocean en Solitaire). Le TSG prendra des données en surface de température et salinité. Le système choisi cette fois-ci est une sonde RBR prêtée par Ifremer en vue de tester un système Low Cost qui pourrait permettre d’équiper un plus grand nombre de navires d’opportunité.

Le projet ARGONAUTICA  présenté dans son intégralité ici : https://enseignants-mediateurs.cnes.fr/fr/web/CNES-fr/7161-argonautica.php

On peut également suivre les balises larguées par les skippers sur : http://argonautica.jason.oceanobs.com/html/argonautica/welcome_fr.html


Flotteur ARGO

Programme lancé en 2000 par l’Unesco (COI) et l’Organisation météorologique mondiale (OMM). Ce flotteur assure une haute surveillance des océans, il plonge à 2000 mètres tous les neuf jours pour remontrer lentement afin de mesurer la salinité, la température de l’eau, la pression partielle en CO2, le potentiel hydrogène, la fluorescence, la température de l’air, la direction et la force du vent, la pression atmosphérique et l’humidité. Une fois à la surface, ils envoient ces données à des satellites puis replonge pour recommencer le cycle.


« Cela fait 10 ans que je récolte des données pour les scientifiques, je suis à plus de 10 millions de données récoltées. Avec nos bateaux, nous allons dans des zones où il n’y a absolument personne et où les données sont rares et précieuses pour les scientifiques qui travaillent sur la préservation des océans, notre source de vie. Je trouve normal de contribuer à aider la recherche scientifique. Outre les balises que je vais lâcher dans les océans, je vais prélever chaque semaine, 150 ml d’eau dans une petite bouteille en verre que je rangerai avec dans le bateau. », explique Alexia.